CHAMPEAUX-77 -Communiqués des 11 et 30.09.2006

La Collégiale de Champeaux,
Une affaire d'Etat ?

Les subventions pour les monuments historiques n'ont pas été équitablement réparties dans notre département. Certains ont englouti la plus belle part du gâteau ! Pourquoi ?

Banderolle Collégiale 11.09.2006 Pour cette année 2006, l'Etat a décidé d'attribuer à la Seine et Marne la somme de 1 200 000 € et de donner à la ville de PROVINS 800 000 €, soit près de 70% du total des crédits. Vaux le Vicomte, Champs sur Marne et Marolles sur Seine se sont partagés les miettes !

Quant à La Commune de Champeaux, ne demandant pourtant que 80 000€ elle pouvait toujours espérer, les dés étaient pipés !

Aucune commission d'élus ne siège pour la répartition de ces crédits.

Dans les faits, il semblerait qu'une simple réunion d'agents de l'Etat avalise les choix du ministre de la culture. On imagine bien des fonctionnaires s'opposant aux choix de leur ministre... Alors, je m'interroge sur la transparence de la distribution de l'argent public.

Curieusement, alors qu'on nous rabat les oreilles avec la décentralisation, aucun élu du département n'est consulté pour une répartition équitable des crédits. Si cela avait été le cas, je suis certain que le seul monument fermé de Seine et Marne, à savoir la Collégiale de CHAMPEAUX, aurait décroché son modeste financement.

Fait à CHAMPEAUX, le 30 Septembre 2006

L'Etat abandonne la Collégiale de Champeaux !

Pour des raisons de sécurité, M. le Préfet de Seine et Marne a décidé, le 31 mai dernier, de fermer la Collégiale de Champeaux.

Après cinq années d'attente de subventions, une première phase de travaux, destinée à réhabiliter les toitures et charpentes de la nef et des bas-côtés, va débuter dans quelques jours.

Je viens d'apprendre que le dossier de demande de subventions pour une deuxième phase, correspondant à la réhabilitation des toitures restantes, en cours d'instruction depuis plus d'un an, n'a pas été retenu par l'état, soit 40% du montant des travaux.

Ainsi, après avoir fermé la Collégiale, l'état refuse aujourd'hui de financer sa restauration et repousse ainsi le délai de réouverture.
Je ne peux pas comprendre qu'étant le seul Monument Historique fermé de Seine-et-Marne, la Collégiale de CHAMPEAUX n'ait pu bénéficier de quatre vingt mille euros de l'Etat, alors que notre petite commune de huit cents habitants fait l'effort d'investir dans cette deuxième phase plus de cinquante mille euros, auxquels s'ajoutent les soixante treize mille de la première ! De surcroît, pour une mise en sécurité complète de notre Collégiale et selon l'architecte en chef des monuments historiques, 1,5 million d'euros supplémentaires sont encore nécessaires. Notre budget communal ne pourra déjà plus suivre, même si nous percevons 80% de subventions, à moins d'augmenter les impôts de 20% !

L'application pure et simple des pouvoirs de police par l'état ne le dédouane pas de sa responsabilité face à son patrimoine.
La recherche de mécènes est souvent proposée. Au-delà du fait que nous ne nous faisons aucune illusion sur cette aventure pour l'avoir tentée, la question du mécénat se posera-t-elle un jour pour nos écoles, notre eau potable, nos chemins communaux,etc ? L'entretien du patrimoine en général et à plus forte raison des édifices classés Monuments Historiques font-ils encore partie des missions régaliennes de l'Etat ? Les baisses de crédit, dont le Ministère de la Culture fait état, doit inquiéter les communes rurales qui ont la chance d'avoir sur leur territoire un Monument Historique.

Fait à CHAMPEAUX, le 11.septembre.2006.